Stanley Février

Finaliste dans la catégorie

Artiste engagé.e de l’année

Félicitations à

Stanley Février

pour la nomination dans la catégorie
Artiste engagé.e de l’année

Artiste plasticien, Février envisage l’art comme un vecteur de changement social et pose un regard aiguisé sur les dynamiques sociales prenant forme dans les sociétés occidentales. Il questionne la valeur de la vie dans un contexte de globalisation, au travers des tragédies contemporaines. De fait, motivé par le désir d’activer la conscience collective et individuelle, l’artiste s’approprie et modifie des images, vidéos et photographies de ces drames, saisies sur Internet.

Par ses installations, performances et projets d’art participatif, il crée un espace de rencontre où les participant.e.s sont au centre de l’œuvre ; les amenant à se repolitiser et à affirmer leur vécu pour finaliser l’œuvre. Ses récentes préoccupations artistiques et conceptuelles se basent sur la critique institutionnelle, sur les enjeux identitaires et la violence et les inégalités engendrées par celle-ci. La réalisation de ce projet est une important occasion pour lui de parler de ce sujet tabou dans le milieu de l’art contemporain québécois. Diplômé en arts visuels et médiatiques, ses récentes préoccupations artistiques et conceptuelles se basent sur la critique institutionnelle, sur les enjeux identitaires et la violence et les inégalités engendrées par cette dernière.

En 2020, il réalise l’œuvre « Le silence, c'est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs!», une intervention dans l’espace publique à Montréal-Nord. Ce projet réalisé à l’été 2020, ne se contente pas de s’inspirer des photographies et vidéos d’archives témoignant de la violente arrestation de George Floyd pour dénoncer le racisme systémique https://www.fevrierstanley.com/blank. La réalisation de ces œuvres participatives dans l’espace public « est une forme de lutte sociopolitique liée à la reconnaissance et à l’égalité politique ».

Il a également lancé le projet SAK VID PA KANP présenté par (MAADI) Le Musée d’art actuel / Département des invisibles dévoile les pratiques artistiques interdisciplinaires et interculturelles de l’art contemporain québécois et canadien, en incluant la composition plurielle ethnique de sa société. Lieu d’appartenance, il aspire à célébrer la diversité créatrice de Montréal, du Québec et du Canada, et assure la rencontre entre les artistes issu·e·s de l’immigration et des Premières Nations. Son objectif est de contribuer au partage du pouvoir entre les institutions artistiques pour démocratiser leur gouvernance et décoloniser les récits historiques de l’art, notamment à travers sa collection : https://www.quadrature-galerieuqam.art/exhibitions/sak-vid-pa-kanpe-cr

Un des objectif de SAK VID PA KANP est d’introduire la langue créole dans le milieu de l’art contemporain canadien et québécois ; car aucun commissaire d’exposition avait produire un d’exposition entièrement en créole_ c’est aussi une manière de décoloniser le milieu et de faire un clin d’œil à la communauté noire pour sa contribution dans le développement culturel du Canada et du Québec.

La création du musée MAC-I ou MAADI _ qui possède la toute première collection d’œuvres d’art contemporain et actuel composée entièrement d’artistes de la diversité. http://mac- i.com/musee.php

Les autres nommé.e.s de la catégorie:

Artiste engagé.e de l’année

À VOTRE TOUR
DE VOTER

Choisissez vos engagé.e.s de l’année

Votez